Choisy le Roi, beauté planquée

Choisy le Roi, c’est une ville que je traverse assez régulièrement depuis que je vis dans le 94. Essentiellement pour ce qu’elle constitue pour moi : un point stratégique parfait. Le RER C.

Le RER C : moyen de transport idéal lorsqu’il s’agit de me déposer au pied de ma fac (du temps de mes études) et de me ramener en Essonne (département de ma famille et de mon adolescence).

Donc quand je dis traverser, c’est bien ce que ça veut dire : je trace mon chemin et ne visualise que mon objectif : station de bus -> gare/gare->station de bus. Et ce n’est pas la flopée de HLM environnants qui saurait m’en faire dévier !

En vérité, je ne me suis jamais vraiment arrêtée dans cette ville et la route que mon bus emprunte est loin de la mettre en valeur. Je ne me serais jamais levée un beau matin en me disant : « Tiens ! J’ai bien envie de prendre un peu de bon temps du côté de Choisy ». Mon moi intérieur m’aurait immédiatement vilipendée : « Mais tu dérailles complètement, ma pauv’ fille ! »

Mais dimanche dernier, sous l’abri-bus, blasée d’avoir à poireauter encore 25 min, je décide d’aller me balader. C’est vers l’église que mon inconscient m’a dirigée, laquelle se trouve coincée entre deux rangées de gratte-ciel.

Eh bien quelle ne fut ma surprise, lorsque j’ai découvert ceci :

Archétype inversé du monde d’un côté (je vous laisse vous faire votre propre idée).

Et de l’autre :

un jardin édénique.

Croyez-moi, j’ai dû prendre chaque branche de lilas (des Indes) sous toutes les coutures et tous les angles et les 25 minutes sont passées comme une seule !

Laisser un commentaire